LA DÉCLARATION INTERINSIGNIORES analyse et prospectives À PARTIR DE LA PENSÉE DE HANS URS VON BALTHASAR/MARGO GRAVEL-PROVENCHER
 
 
 
ANNEXE I
 
Expérience personnelle et doctrine ministérielle
 
Pentecôte 1976
 
Je participe au Congrès charismatique, et au moment de l’exposition du Saint-Sacrement, Jésus-ressuscité se révèle au coeur de l’eucharistie.  
 
Liber de Ordinatione du pape Paul VI et prière personnelle 24-12-1977
1) Prière personnelle 24-12-1977
  
Je te fais grâce du pardon de l’Esprit. Je te libère de toutes les fautes commises contre moI. Je te reçois comme amie et apôtre auprès des hommes        
 
2 a) Liber de Ordinatione (1971) dans Hans Urs von Balthasar: Theologik Dritter band Der Geist der Wahrheit 1987, (319, cf. note 65)
     
« Mit der Kaft Deines Geistes obersten Priestertums erhalte er die Vollmacht, die Sünden zu vergeben    gemäß Deiner Anweisung.»                        
     
        
2 b)  Liber de Ordinatione (1971)  Hans Urs von Balthasar: Théologique, Esprit de Vérité 1997 (338-339, cf. note 65))
        
« Par la force de l’Esprit-Saint qui donne le sacerdoce. accorde-lui comme aux Apôtres,  le pouvoir de remettre les péchés. »                                                                                           
 
                        
PRIÈRE  personnelle ou INTUITIONS THÉOLOGIQUES
        
Mission: (24-12-1977)
 
Je guiderai tes pas vers ceux qui ont besoin de moi.  Je te ferai voir mes merveilles.  Ta prière doit en être de leur faire prier Marie.  Elle les guidera vers moi.  Je suis avec toi.  Je guéris tous ceux qui te le demanderont et veulent accepter de me suivre. Je suis la Parole de Vérité et la Vie.  Sur la croix, "mes souffrances se changeaient en joie car je souffrais pour vous". ( Jn 16, 16-25, Mc 15, 34; Mt 27, 46; cf. Ps 22, 2. 10. 11). Allez enseigner toutes les nations et baptisez-les de l’Esprit de Dieu.  (Mt 28, 19) Avec Lui, ils trouveront force et courage, paix et joie. Je suis avec vous pour toujours jusqu’à la fin des siècles. (Mt 28, 20)  Je vous aime, je vous aime, je vous aime. Amen!  Alleluia! Esprit de Dieu, mon Père, avec lui, paix, joie, amour, plénitude de vie.
 
Prière d’intercession ministérielle : (24-01-1978) 
 
Seigneur Jésus, par la puissance de ta Croix, je te demande de bien vouloir accorder à mon frère, ma sœur,(cf. Mt 12, 49-50)  la demande qu’elle te fait présentement. Donne-lui force et courage. Donne-lui, amour et paix. Donne-lui de te révéler à elle, Seigneur Jésus. Ce sont tes enfants qui sont devant toi. Ils t’implorent de bien vouloir leur accorder l’amour, la paix et la foi. Fais descendre sur eux ta puissance (cf. Jn 15, 26)  afin qu’ils puissent témoigner de toi. Guéris-les, guide-les, Seigneur Jésus.
 
Moi, Jésus, j’accorde à ton frère, ta sœur, ma parole, ma puissance et ma paix. Je mets en eux l’Amour qui me vient de mon Père. Je leur donne force et courage de traverser cette vie avec joie, paix et amour. J’étends sur eux ma bénédiction et je les garde près de moi pour toujours. Allez mes enfants, enseignez toutes les nations  (cf Mt, 28, 20) et croyez en moi qui suis, qui était  et qui sera cf. Jn 21, 15-18) pour toujours, hier et à jamais dans les siècles des siècles.(dabar Yavhe). Je vous garde pour brebis. Pais mes agneaux, pais mes brebis. (Jn 21, 15-17)
 
Au nom de Jésus, je vous libère de toutes vos fautes passées et je vous accorde la grâce de libération. N’oublie pas que le Seigneur Jésus, t’aime, tel que tu es. Tu fais présentement un pas. Il fera le reste. Il te bénit et il t’aime. Amen !  Alleluia!  Merci Jésus !
 
 
 
 
 
 
 
ANNEXE II
 
Dorval, Québec, Canada                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            28 avril 2010.                                                                                                                                              
 
 
LETTRE OUVERTE À l’ÉGLISE
 
 
C’est dans un infini respect que je vous remets le fruit de ces recherches espérant qu’elles pourront servir au bien de notre Église.  Il va de soi que tout au cours de ce parcours ecclésial, j’ai remis aux dirigeants de notre Église mon parcours spirituel  particulier accompagné de mes recherches théologiques quand les événements contribuaient à leur compréhension. Toutefois, je sais pertinemment que sans formation et recherches théologiques, il m’aurait été impossible de discerner avec acuité l’aggiornamentio du concile Vatican II (dialogue oecuménique et dialogue interreligieux).
 
C’est donc afin de rendre grâces à Dieu pour tout ce qu’il m’a donné comme témoignage de sa présence et de son amour que je m’adresse à vous tous. À la suite des maîtres choisis pour mes  recherches, je crois en l’indissociabilité entre la mystique et la théologie.   Croyant en la proximité du Dieu qui se dit au sein de la vie personnelle et ecclésiale, je suis particulièrement touchée par cette grâce reçue en des moments particuliers, de ma vie familiale et de la vie de l’Église.  Aujourd’hui, je peux en toute honnêteté prononcer ces versets bibliques reçues au fond du coeur en 1977-1978 et qui depuis ce temps se sont confirmés . Tout au cours de ce parcours en Église du Christ, en Église de Dieu, en Église de Yavhé,  aucun de mes enfants ne furent oubliés. Je peux donc prononcer ces paroles: J’annoncerai ton Nom au sein de l’Assemblée (He 2, ; cf. Ps 22, 23)) ou encore:  Me voici Seigneur, moi et les enfants que tu m’as donné (He 2, 13 b).
 
Toutefois, un dernier événement retient plus spécifiquement  mon attention, car cette dimension s’élargit à la situation de la femme au sein de notre Église. À cet égard,  si le Seigneur me révélait la veille de Noël 1977 l’un des "éléments essentiels" du ministère sacerdotal dans un principe d’égalité homme, femme,  il aura fallu plus de trente ans pour saisir sa véracité. En la cathédrale de Durham, la "question oecuménique" venait éclairer la question posée dans cette étude. Ce jour-là, la Révérende Margaret Parker formulait cette parole de la “liturgie du jour”: I will open the door for you (Lc 11, 5, 13; cf. Mt 7, 7-11; cf. Jn 16,21).  Et je remarquais alors l’autel érigé en l’honneur de sainte Marguerite, reine d’Écosse en 2006.  En ce lieu, se trouvaient réunies la foi catholique romaine et la foi anglicane sous le patronat d’une femme mariée. Du point de vue personnel, elle est aussi ma patronne et c’est en son anniversaire liturgique que nous nous sommes mariés, mon mari et moi (10 juin 1961/cf. missel romain).
 
Or suite à une communication demandée par un groupe de femmes croyant au ministère sacerdotal, je remarquerai que ce verset biblique constitue l’un des  "éléments essentiels" du sacerdoce ministériel,  recherché par Inter Insigniores. S.S. le pape Jean-Paul II nous les présentait, en l’Année mariale,  dans sa Lettre aux prêtres à l’occasion du Jeudi-Saint du 13 avril 1987:
 
Nous découvrons aussi en la Vierge immaculée, le mystère de la fécondité surnaturelle par l'action de l'Esprit-Saint qui fait d'Elle la « figure » de l'Église. Car l'Église « devient à son tour une Mère... : par la prédication en effet, et par le baptême, elle engendre à une vie nouvelle et immortelle des fils conçus du Saint-Esprit et nés de Dieu » (Lumen Gentium, n. 64)  et selon le témoignage de l'Apôtre Paul. « Mes petits enfants, vous que j'enfante à nouveau dans la douleur » (Ga 4, 19) ; et elle le devient en souffrant comme une mère qui « s'attriste parce que son heure est venue ; mais lorsqu'elle a donné le jour à l'enfant, elle ne se souvient plus des douleurs, dans la joie qu'un homme soit venu au monde » (Jn 16, 21).
Et le Saint Père poursuit immédiatement comme suit :
Ce témoignage n'atteint-il pas à l'essentiel de notre vocation particulière dans l'Église ? Toutefois – disons-le en concluant–, dit-il, pour que le témoignage de l'Apôtre puisse devenir aussi le nôtre, il faut que nous revenions constamment au Cénacle et à Gethsémani, et que nous retrouvions le centre même de notre sacerdoce dans la prière et par la prière (Lettre aux prêtres à l’occasion du Jeudi-Saint, 13-04-1987).
 
Or ces "éléments essentiels" me furent révélés dans la prière (24-11-1977), témoignant de cet  enfantement vécu par le Christ Jésus : 
Sur la croix, mes souffrances se changeaient en joie car je souffrais pour vous (cf. Jn 16, 21; cf. Ps 22, 2. 10-12).  Allez enseigner toutes les nations et baptisez-les de l’Esprit de Dieu, mon Père ( cf. Mt 28 ss.; cf. Ps  22, 23 b)
 
L’originalité de mes recherches permet en première partie de découvrir les véritables raisons évoquées par Inter Insigniores  sur la question de la non-admission des femmes au sacerdoce ministériel dans l’immédiateté de la question posée: « le manque de recherches en théologie classique ».  Or, nous savons maintenant qu’en ce temps particulier, le pape Paul VI renouvelait la doctrine trinitaire ministérielle (Liber de Ordinatione) et évoquait le rôle spécifique de Marie dans son exhortation apostolique Marialis Cultus, no 35. En ce lieu, il présente Marie, comme première disciple de Jésus (cf. Homélies johanniques de saint Augustin).  Cette pensée sera réitérée par le pape Jean-Paul II dans son exhortation apostolique Redemptoris Mater: « première disciple du Christ, première dans l’Appel et dans la Mission avant les apôtres » (cf. Hans Urs von Balthasar, News Elucidations, Women Priests? 192).
 
Hans Urs von Balthasar souligne cette perception dans son analyse-critique de la Déclaration Inter Insigniores, sous la thématique de « la tradition ininterrompue  et de la question de l’admission des femmes au sacerdoce ministériel» (Osservatore Romano, 29-03-1977, 2).  En grande théologie classique, dit-il,  dans sa trilogie, « la dimension personnelle et existentielle n’est jamais absente ». (GC-ESTH 509) Un autre aspect fondamental de l’œuvre commune retient mon attention.  Celui-ci concerne l’attention de Hans Urs von Balthasar envers la co-auteure de sa trilogie. Au Dénouement de la Dramatique divine, il intègre les citations de plus de 40 volumes de Madame Adrienne von Speyr (13e vol./17). Selon l’auteur, on ne saurait occulter le rôle de toute personne qui reçoit et révèle en elle, en même temps, le développement de sa pensée et l’expérience spirituelle vécue (voir Institut St-Jean 43).
 
            C’est donc avec sollicitude et solidarité avec les chrétiennes et les chrétiens que je transmets à notre Église les résultats de mes travaux, car je crois à l’égalité fondamentale entre les hommes et les femmes au sein de tous les ministères ecclésiaux (Ga 3, 28; cf. Gn 1, 27).
 
© Margo Gravel-Provencher, théologienne
 Dépot légal  Juin 2010.
http://web.mac.com/mgravelprovencher (site fermé pour celui-ci)
 
 
À noter qu’au sein de l’oecuménisme en terre canadienne, je souligne l’ordination à la prêtrise anglicane de mon ex-petite-voisine en octobre 2011 à Ottawa, la Révérende Linda Wheeler.